La Chine au miroir du temps – l’art du 5 millénaire

20/09/2014 – 01/03/2015

“Unique, polyvalent, subtil… Les artistes chinois montrent ce qu’on ne peut pas attendre de l’extérieur. Super exposition !”

La confrontation de l’art traditionnel et de l’art moderne est ce qui rend cette exposition particulièrement attrayante. Participez à cette rencontre stimulante entre passé et présent, tradition extrême-orientale et occidentale !

L’exposition présente d’excellentes pièces d’argile et de porcelaine des principales dynasties impériales : Han (206 avant JC – 220 après JC), Tang (618-907), Song (960-1279), Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911) . En plus de la porcelaine Ming artisanale et des “Vases de la Famille Rose” , une pièce spéciale est un vase néolithique à tête humaine de la culture Majiao Yao (4500-2300 avant JC).
Ils sont juxtaposés et reliés par la matière porcelaine, sculptures et peintures d’artistes chinois contemporains. Ai Weiwei (né en 1957 à Pékin), par exemple, l’un des artistes et critiques chinois contemporains les plus connus du régime, est représenté avec sa céramique « Rock ». En porcelaine blanche émaillée, il stylise les pierres de Taihu qui ornent traditionnellement les jardins chinois et sont très vénérées. Les ornements de nuages en bleu cobalt foncé indiquent le reflet du ciel. À l’été 2014, l’artiste a également attiré des milliers de visiteurs au Martin-Gropius-Bau à Berlin avec une œuvre politique.

L’exposition LA CHINE DANS LE MIROIR DU TEMPS donne un aperçu de l’art et de la culture aux multiples facettes de la Chine, combine les contraires et attire l’attention sur des références dans la grande période de 5 millénaires .

Le vase de figures et de nuages en porcelaine a été commandé par l’empereur Qianlong (1736-1795). Le fascinant “travail de percée” montre la lutte pour les trois empires au moment de la chute de la dynastie Han (200) sur sa surface en relief.

Dans ses peintures à techniques mixtes, Xuan Wang (*1979, Guangxi) crée des espaces surréalistes au plus haut niveau. Il combine des motifs de l’histoire de l’art chinois et européen et des fragments de natures mortes, de portraits et de scènes de genre dans des mondes visuels complexes et scéniques. Wang a étudié à Nanning/Chine et à l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe avec le professeur Erwin Gross (étudiant en master). En 2012, il a reçu une bourse d’études supérieures du Land de Bade-Wurtemberg et en 2014 une bourse de la Kunststiftung Baden-Württemberg.